Deux saisons

L’autre soir, parcourant la 292 entre Tierp et Söderfors balayée par le vent et par la neige, alors que j’étais percluse de fatigue et ne pensais qu’à mon lit chaud qui m’attendait, je réalisai à quel point j’aimais l’hiver. Le vrai hiver, le froid, le neigeux, et le très long. Pour vous dire, depuis fin octobre, mon fils n’a quitté sa combinaison et ses bottes qu’une seule fois. On en est à quasiment cinq mois d’hiver, qui ont passé à une vitesse folle. C’est sûr, si on te dit que tu vas te taper cinq mois de températures quasi-négatives et de la neige pendant une grande partie de cette période, sans compter les jours très courts et les nuits très longues (je parle de l’alignement des astres, pas du comportement de mes enfants, parce que là c’est plutôt l’inverse), t’es pas très enthousiaste. Mais cette période, tu ne la vois pas passer. Tu t’habitues à t’emmitoufler précautionneusement avant de sortir, à porter des bottes pas sexy, à bousiller ta jolie coiffure sous un bonnet et à essayer de te refaire une beauté dans le train ou juste avant d’arriver au boulot. Tu t’habitues à prendre ton petit-déjeuner et ton souper (en décembre, même le goûter) alors qu’il fait encore/déjà nuit.

Lac de Söderfors, mars 2019

Mais surtout, je crois que ce que j’aime c’est la chaleur après le froid, le confort après la fatigue, j’aime penser à mon chez-moi bien douillet après une balade sous le gel (vous avez entendu parler du hygge danois, ben c’est le même état d’esprit ici), j’aime penser à l’été quand c’est l’hiver. Penser à la tasse de thé que l’on va se préparer en rentrant. Penser à tous ces habits dont on va pouvoir se débarrasser pour ne porter qu’un jogging et des pantoufles. Penser à son chez soi, à ces douces lumières et à l’odeur du repas qui se prépare. Et cela pourra surprendre (et j’ai encore du mal à me l’expliquer), mais j’aime attendre l’hiver pendant un été un peu trop chaud ou un peu trop long.

Je suis contente que les quatres saisons “officielles” soient si mal représentées dans cette région de la Suède où j’ai la chance d’habiter, je me satisfais d’un hiver très hiver et d’un été très été, j’aime ces contrastes qui me font apprécier pleinement le chaud et le froid, le dedans et le dehors, le jour et la nuit.

Advertisements

2 thoughts on “Deux saisons

  1. C’est joli comme tu le décris ! Mais je me souviens de l’hiver que j’ai passé en Russie, à partir d’un moment (en avril très précisément) j’en ai eu vraiment marre de cette neige qui ne fondait pas vraiment et qui transformait tout en boue… Après j’habitais dans une grande ville – Moscou – peut-être que c’est différent dans un environnement plus rural.

    Liked by 1 person

    1. J’ai connu l’hiver en Russie aussi (Moscou, St Petersbourg, Novossibirsk) et la fin de l’hiver, c’est vrai que toute cette neige moche qui fond c’est horrible. Ici ça va encore, et il y a des machines (dont j’ai oublié le nom) qui s’en débarrassent régulièrement !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s